Webinaire Les plastiques dans les marchés publics - Incidences de la loi AGEC

le 11 décembre 2020, de 9h45 à 12h15, en ligne

Dans le cadre des travaux du RREDD (Réseau régional sur l'éco-responsabilité et le développement durable) sur la commande publique durable, AURA-EE organise un webinaire Les plastiques dans les marchés publics : incidences de la loi AGEC, fin des plastiques à usage unique et alternatives.

Cette rencontre autour de la loi contre le gaspillage et pour l’économie circulaire, du 10 février 2020, a pour objectif d'expliquer ses incidences sur les marchés publics et d’échanger autour d’expériences existantes en matière de marchés ayant intégrés des spécifications, des clauses et des critères de développement durable et d’économie circulaire. Elle permettra égalemenet de disposer d’exemples pour rédiger son marché et sera l'occasion de se familiariser avec les initiatives européennes dans les domaines de la commande publique durable et de la gestion des déchets plastiques, dans lesquelles AURA-EE est engagée, tels que les projets européens GPP Stream et PLASTECO.

Au programme :

  • Présentation de la loi AGEC en matière de plastiques (y compris à usage unique) & Focus sur les incidences en matière de marchés publics
  • Identification des pratiques alternatives (définition du besoin, meilleures pratiques) et rôle des collectivités
  • Échanges sur les solutions existantes et la mise en œuvre d’initiatives à l’échelle des territoires.

Public

Ce webinaire s'adresse aux collectivités, établissements d’enseignement, acteurs publics, responsables de marchés publics, services moyens généraux, opérateurs techniques, acheteurs, responsables de développement durable, TEPOS, associations et réseaux.

Le lien zoom pour se connecter au webinaire vous sera communiqué ultérieurement.

La loi AGEC a de nombreuses incidences en matière de consommation. Elle promulgue notamment la fin des plastiques à usage unique d’ici à 2022, en privilégiant le réemploi et le recyclage dès le 1er janvier 2021. Désormais, 20 à 100 % des biens acquis devront ainsi être issus de produits réemployés ou recyclés, dans une liste de produits définis par décret.