30.11.2020

Le Prix Roger Léron a cette année été attribué à Gérard Dellinger, ancien maire de Saint-Julien-en-Quint (26), en reconnaissance de son extraordinaire dynamisme et son sens de l’innovation dans le domaine des énergies renouvelables et de la mobilité, au service du territoire. Organisée par la FEDARENE, la cérémonie de remise du Prix a eu lieu à distance jeudi 26 novembre en présence d'une centaine de participants.

Ingénieur de métier dans le secteur de l’industrie, Gérard Dellinger s’installe à St-Julien-en-Quint une fois à la retraite, à la fin des années 1990, et est élu maire en 2001. A cette époque, Saint-Julien-en-Quint, petit village situé dans le Parc naturel régional du Vercors composé de 15 hameaux et d’environ 150 habitants, souffre des conséquences de son isolement et connaît notamment des problèmes de transport, d'énergie et de dynamisme économique. Dès le début de son mandat, Gérard Dellinger se lance alors dans des initiatives audacieuses, à commencer par l'installation de la fibre optique. Très vite, il se passionne pour les questions énergétiques et est à l’origine d’un projet ambitieux : la mise en place d'un micro-réseau local et le développement de la mobilité hydrogène. Il crée alors ACOPREV, une association locale pour l'énergie propre et la mobilité, complétée plus tard par la création d’une coopérative locale détenue par les citoyens.

ACOPREV vise une transformation énergétique des milieux ruraux en favorisant le développement des énergies vertes et renouvelables. Cette démarche a plusieurs objectifs : permettre aux habitants de réduire leur facture énergétique, arriver à terme à une situation d’autosuffisance, créer des liens dans la commune et dans les communes voisines, et relancer l’attractivité économique du territoire : créations d’emplois, de richesse et d’intérêt.

Ce qui est le plus remarquable chez Gérard Dellinger, c'est sa vision stratégique des territoires ruraux. Ne se limitant pas à une approche technique, il sait fédérer les acteurs locaux et les citoyens dans les différents projets où il s’implique. Au-delà de la création d'une coopérative gérée directement par les citoyens et les municipalités locales, un partenariat avec l'Université de Lyon a par exemple permis de travailler sur des outils de communication pour aider les parties prenantes dont les citoyens à mieux comprendre les aspects techniques des projets. Des actions pédagogiques sont régulièrement organisées dans les écoles et le village de Saint-Julien-en-Quint a déjà accueilli trois éditions des journées Hydrogène, destinées à faire découvrir les nouveaux usages de l’hydrogène, notamment la mobilité.

A 93 ans, Gérard Dellinger n’est en panne ni d’idées ni de projets, et encore moins d’énergie !