Opération pionnière d'autoconsommation collective à Saint-Julien-en-Quint, dans la Drôme

01.12.2020

Accompagnée initialement par AURA-EE et Territoire Énergie Drôme via le projet européen PEGASUS, puis par le partenaire local enOTe, la SAS ACOPREV Centrales Villageoises du Val de Quint a mis en service sa 1re opération d'autoconsommation collective en octobre 2020. Il s'agit d'une opération pionnière au niveau régional comme au niveau national, puisqu'on ne compte aujourd'hui qu'une trentaine de projets d'autoconsommation collective en service, principalement portés par des collectivités, des bailleurs sociaux ou des entreprises privées.

L’histoire commence en 2001, avec l’élection de Gérard Dellinger, ancien ingénieur dans le secteur industriel, à la mairie de Saint-Julien-en-Quint. Petit village situé dans le Parc naturel régional du Vercors composé de 15 hameaux et d’environ 150 habitants, Saint-Julien-en-Quint souffre des conséquences de son isolement et connaît notamment des problèmes de transport, d'énergie et de dynamisme économique. Dès le début de son mandat, Gérard Dellinger lance des initiatives audacieuses, à commencer par l'installation de la fibre optique. Très vite, il se passionne pour les questions énergétiques et est à l’origine d’un projet ambitieux : la mise en place d'un micro-réseau local et le développement de la mobilité hydrogène. Il crée alors ACOPREV, une association locale pour l'énergie propre et la mobilité, complétée plus tard par la création d’une coopérative locale détenue par les citoyens (ACOPREV Centrales Villageoises du Val de Quint).

 

Le projet de micro-réseau local démarre avec le projet européen PEGASUS, en 2017, et conduit, avec l’accompagnement d’enOTe, à la mise en service d'un projet d'autoconsommation collective en octobre 2020. La coopérative locale exploite aujourd’hui 120 kWp de panneaux photovoltaïques, dont 30 kWp sont utilisés pour vendre directement l'électricité à 26 consommateurs locaux. Après 2 ans de discussions avec le ministère de l'énergie, ACOPREV a réussi à faire modifier la réglementation et à obtenir une dérogation pour étendre le projet d'autoproduction collective sur une plus grande surface (20 km de large), pour en faire bénéficier les municipalités voisines. "A terme, la production d’énergie renouvelable sera consacrée en priorité à l’autoconsommation en instantané ou en différé grâce à un stockage adéquat. L’excédent de production sera affecté à la production d’hydrogène mobilité. Il s’agit là d’un projet citoyen de smartgrid rural de longue haleine s’étalant sur plusieurs années et visant la production de l’énergie électrique que nous consommons, tout en contribuant à une meilleure gestion du réseau électrique rural, » explique Gérard Dellinger.

St-Julien-en-Quint ambitionnant de devenir un territoire hydrogène, ACOPREV crée en 2018 les « Journées hydrogène et de la transition énergétique » et reçoit le soutien des principaux acteurs industriels et publics régionaux de la filière hydrogène, et la participation de grandes entreprises telles que MC PHY ou ATAWEY. ACOPREV soutient également le projet régional ZEV Zéro Emission Valley visant à développer la mobilité de l'hydrogène sur le parc naturel régional du Vercors. Prévu pour les grands axes et les agglomérations, ACOPREV propose alors le projet ZERT Zero Emission Rural Territory entre Grenoble et Valence, pour les territoires ruraux et touristiques du parc du Vercors et de la Biovallée,