Roannais Agglomération précurseur de l’éolien 100% public

05.02.2021

Reconnu Territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPOS-CV), Roannais Agglomération développe deux projets de parc éolien avec un portage exclusivement public, une première en France.

« L’éolien est un levier incontournable de la transition énergétique à laquelle les territoires doivent participer. Le fait que le territoire prenne part au développement, à plus forte raison s’il est majoritaire, transforme ces projets industriels en projets de territoires, qui vont bénéficier de manière durable aux citoyens. Leur acceptabilité locale est de fait bien meilleure, » explique Yves Nicolin, président de Roannais Agglomération.

2015, Roannais Agglomération décide de se lancer dans l’éolien et d’en faire un réel projet de territoire. Pour en maîtriser le développement, la collectivité opte pour un portage exclusivement public à travers sa SEM, la Roannaise des Energies Renouvelables. Roannais Agglomération a deux objectifs : limiter à 10 le nombre d’éoliennes sur le territoire de l’agglomération afin que le développement de cette filière ne casse pas l’harmonie du paysage roannais ; et maximiser les retombées économiques perçues par l’agglomération.


Travailler sur l'acceptabilité des projets éoliens

Comme l’explique Yves Nicolin, ces choix jouent un rôle clé dans l’acceptabilité des projets éoliens par les habitants du territoire. Et maximiser les retombées économiques perçues par l’agglomération permet d’alimenter un cercle vertueux, où la vente d’électricité des premiers projets aidera à financer d’autres projets en faveur de la transition écologique, comme par exemple du photovoltaïque en toitures sur le patrimoine de l’agglomération, le développement de la géothermie et des réseaux de chaleur. 

Pour le choix de l’emplacement des installations, un atlas éolien a été élaboré dès le début du projet afin de répertorier les zones propices au développement sur le territoire. Sur les 40 communes de l’agglomération, 14 ont été identifiées comme ayant du potentiel. Avec toujours dans l’idée de limiter à 10 le nombre de machines sur le territoire intercommunal, seuls 2 sites ont été retenus pour lancer les études de développement. Ces derniers se trouvent sur les communes d’Urbise et des Noës et ont été privilégiés car avaient les enjeux paysagers et naturalistes les plus faibles.

« Tous les efforts ont été faits afin de favoriser l’acceptation des projets et éviter les difficultés causées par un rejet des élus locaux et de la population. »

 

 

Concertation politique et acceptabilité sociale

L’atlas a été présenté en 2016 aux 14 communes concernées par des zones propices au développement éolien. Celles-ci se sont alors constituées en un groupe de travail intercommunal éolien et ont adopté une charte permettant d'encadrer les différentes orientations environnementales et économiques du développement éolien sur le territoire.

A la fin 2016, le plan de développement éolien visant à installer une dizaine d’éoliennes sur les communes des Noës et d’Urbise était adopté à l’unanimité par le Conseil communautaire de l’agglomération.

Roannais Agglomération s’est alors associée à OSER pour fonder la société d’économie mixte Roannaise des Énergies Renouvelables, détenue respectivement à 80% (Roannais Agglomération) et 20% (fonds OSER). C’est cette société qui porte le développement et qui exploitera les parcs éoliens. Elle est composée de 10 administrateurs, dont 8 sont des élus de Roannais Agglomération, notamment des communes d’accueil et riveraines des projets. Les élus locaux sont donc parties prenantes de la gouvernance des projets. Le groupe de travail intercommunal, constitué d’élus des 14 communes ayant du potentiel éolien, a continué à se rassembler régulièrement pour suivre et participer au développement du projet.

« Le portage public de ces projets a été une grande force lors de la concertation politique. »

 

Concertation citoyenne locale

La concertation citoyenne a été initiée dès le début du développement. Elle a commencé en septembre 2017 avec un porte-à-porte, dont l’objectif était de rencontrer les citoyens habitant à moins de 1500 mètres des zones d’étude, de leur présenter les projets et de recueillir toutes les interrogations et craintes pouvant s’exprimer à ce stade, d’y adresser des premières réponses dans la mesure du possible, d’expliquer la démarche à venir, et surtout d'instaurer un lien personnalisé.

Une série de 4 ateliers de pédagogie et de concertation a ensuite été organisée pour chaque site. Ces ateliers réunissaient les citoyens riverains volontaires et visaient à faire état de l’avancement des projets, faire participer les riverains à leur développement répondre aux interrogations. Ils ont abouti à la rédaction d’une « charte de bon voisinage » dans laquelle la Roannaise des Énergies Renouvelables s’engage à respecter les attentes exprimées par les citoyens comme par exemple, à créer un groupe de suivi citoyen de chaque parc en phase d’exploitation, démanteler les éoliennes en fin d’exploitation.


Communication grand public

En complément de la concertation locale, une communication grand public a été maintenue tout au long du développement des projets à travers la diffusion de lettres d’information, des relations presse, et des sites internet dédiés.

L’enquête publique du projet des Noës s’est déroulée en septembre 2020 et s’est très bien passée. Assez peu d’oppositions ont été enregistrées et aucune association locale ne s’est constituée en opposition. Un résultat jugé très encourageant pour la suite, notamment l’enquête publique d’Urbise qui reste à venir et permettra, là aussi, de jauger le niveau d’acceptabilité locale du projet.