Une « boucle d’eau » issue du lac, chauffera et climatisera bientôt le quartier des Trésums à Annecy.

12.06.2020

Des travaux viennent de commencer pour installer un système de pompe à chaleur réversible pour chauffer et climatiser un quartier sur les bords du lac d’Annecy, d’ici fin 2021. Le système sera alimenté en circuit fermé, à l’aide d’un réseau de 400m d’une « boucle d’eau ». Puisée dans le lac à 20 m de profondeur, l’eau a une température constante toute l’année à 7°C. La station de pompage équipée d’une chaufferie sera connectée à un réseau de chaleur urbain.

Une source d’énergie verte pour une économie d’électricité et d’émissions de CO2

Le système permettra d’alimenter le quartier des Trésums, notamment « L’avant-scène », opération de 18 bâtiments d’habitation, d’un hôtel ainsi que d’une maison de repos en cours de construction. Le centre nautique municipal en cours de rénovation devrait être lui aussi raccordé.

En utilisant l’eau du lac comme source d’énergie, le système utilisera une énergie verte et gratuite. Le volume d’eau du lac sera intégralement préservé par réinjection de l’eau via des émissaires. L’économie de CO2 est évaluée, par le maître d’œuvre, à terme, à 2 250 t/an. Le réseau de chaleur et de froid bénéficiera de 65% d’énergies renouvelables grâce au prélèvement de l’eau du lac.

À l’aide de cette source d’énergie verte renouvelable, la climatisation des bâtiments utilisera jusqu’à 15 fois moins d’électricité qu’un système conventionnel. Elle contribuera également à la diminution du phénomène d’îlots de chaleur, problématique dans les villes en été.

L’eau du lac, une source naturelle de chaud et de froid pour une pompe à chaleur

En puisant l’eau du lac d’Annecy, un réseau véhiculera le fluide caloporteur jusqu’au réseau de chaleur et d’eau sanitaire, couplé à une pompe à chaleur qui généreront la chaleur nécessaire pour chauffer l’ensemble du quartier à 95 %. Une chaudière gaz couvrira les 5% restants et assurera le fonctionnement de l’installation en cas de problème.

L’eau utilisée sera rejetée sans traitement, après refroidissement, à l’aide d’échangeurs thermiques.

À l’inverse, un principe de géo-cooling assurera la climatisation en été, par l’intermédiaire d’échangeurs thermiques, en utilisant directement la fraicheur naturelle de l’eau du lac puisée.

Testée avec succès depuis une dizaine d’années en Suisse sur le lac Leman, la ville d’Annecy peut s’appuyer sur cette expérience pour mettre en place le système.
Le développement des réseaux de chaleur utilisant le bois, la géothermie ou le solaire thermique fait partie de son schéma directeur pour les prochaines années.
L’agglomération vient de finaliser quatre études de faisabilité de réseaux de chaleur (Argonay, Montagny-les-Lanches, Épagny-Mez-Tessy et Poisy) afin d’organiser la distribution d’énergie sur le territoire et le développement des réseaux en privilégiant systématiquement les solutions renouvelables.