Avec 22 communes et 107 500 habitants, la communauté d’agglomération des Portes de l’Isère (Capi) est la deuxième agglomération du département de l’Isère. Elle connaît une forte croissance démographique : sa population a été multipliée par deux en 30 ans, du fait de la proximité de Grenoble et surtout de Lyon, dont la Capi est l’un des pôles métropolitains. Siège de la collectivité, la ville nouvelle de L’Isle-d’Abeau est emblématique de cette poussée : sa population a quintuplé pendant la période. Le territoire est organisé le long de l’axe routier et ferroviaire Lyon-Turin. L’urbanisation ne concerne toutefois pas l’ensemble du territoire : sept espaces naturels couvrant 325 hectares ont été préservés, les paysages ont conservé les marais de la Bourbre et de Catelan et la région dite des Terres froides à l’est reste fortement rurale. Tandis qu’à l’ouest, se trouvent les zones d’activités de la plaine de l’Est lyonnais, en particulier le parc logistique de Chesnes.

Un plan d’actions ambitieux en faveur de la transition écologique

Dotée d’une délégation générale à la transition écologique, la Capi est investie sur les problématiques de développement durable depuis plus de 10 ans, à travers notamment un plan d’actions ambitieux qui se décline dans les domaines des mobilités (réduction des déplacements, acquisition d’une flotte de véhicules écologiques, développement des modes doux et du covoiturage…), la maîtrise des consommations énergétiques et la préservation de la biodiversité, le soutien à l’agriculture de proximité, la construction de bâtiments publics exemplaires et la rénovation du bâti, l’appui aux énergies vertes (énergies citoyennes, énergie verte à partir des boues des stations d’épuration, photovoltaïque, bois énergie…) et un volet animation et sensibilisation des habitants.

Avec la communauté de communes des Vals du Dauphiné, la communauté d’agglomération des Portes de l’Isère a engagé une démarche TEPCV baptisée « Nord Isère durable ».