Par où démarrer ?

Comment réaliser un diagnostic climatique sur un territoire ?

Il est conseillé de procéder en deux temps :

Étudier le climat passé, ainsi que des évolutions constatées sur les ressources (eau, sol, faune et flore), ainsi que sur l’homme et ses activités.

L’Observatoire régional climat air énergie (ORCAE) permet d’accéder aux indicateurs d’impact du changement climatique en Auvergne-Rhône-Alpes, pour les 60 dernières année
L'outil Impact'Climat de l'ADEME permet de réaliser un pré-diagnostic en effectuant un panorama exhaustif de l’ensemble des vulnérabilités pouvant toucher un territoire.

Se projeter dans le futur et évaluer l’évolution des indicateurs d’impact pour les 30 années à venir.

DRIAS, l’outil des futurs du climat (Espace découverte) permet de faire des simulations liées au climat futur et à ses impacts sur les territoires

Les outils ci-dessus permettent d’aborder de manière simple, sans l’aide d’un bureau d’études, le diagnostic climatique. Pour un travail plus précis, il est possible d’écrire un cahier des charges afin de recourir à une prestation d’accompagnement par un bureau d'études.

Quelles actions d’adaptation simples mettre en place au sein de ma collectivité ?

Diffuser une carte des îlots de fraîcheurs, où les habitants peuvent se réfugier lors de fortes chaleur.

Exemple de carte interactive mise en place par la ville de Lyon.

Créer des cours d'école "Oasis" pour faire face aux fortes chaleur.

Consulter l'appel à projets de l'agence de l'eau RMC qui vise tout projet de désimperméabilisation et de végétalisation pour gérer les eaux de pluie des cours d’école, collège, lycée et université.

Créer un observatoire participatif pour le climat.

Exemple du portail OPEN, listant les observatoires participatifs sur la biodiversité, et de Sentinelles du Climat, portail participatif autour des espèces et du climat.

Consulter les fiches-action de l'ADEME

Le dossier "Actions d'adaptation au changement climatique" publié par l'ADEME, comprend 33 fiches décrivant des actions d'adaptation au changement climatique mises en place au sein de collectivités françaises.

Comment s’organiser ?

Comment aborder la notion de vulnérabilité, lors du diagnostic ?

L’exploration des caractéristiques du territoire vise à cerner :

  • son exposition aux variables dans leur ensemble et en particulier aux variables climatiques, énergétiques et économiques
  • sa sensibilité à ces variables
  • ses capacités d’adaptation ou, plus simplement, sa capacité d’agir
Le guide d'accompagnement des territoires pour l’analyse de leur vulnérabilité socio-économique aux changements climatiques réalisé par le Commissariat général au développement durable, propose une méthode d’analyse de vulnérabilité à partir de la compréhension fine que les acteurs ont de leur territoire.
Comment la collectivité s’organise-t-elle pour adapter l’ensemble de ses politiques publiques ?

Partager le diagnostic avec les services de sa collectivité est fortement conseillé pour passer à l'action. Afin d'animer la réflexion en interne, un groupe de travail intra et/ou inter-services peut être réuni. L’objectif est de partager les impacts avérés et à venir du changement climatique, et de les croiser avec les politiques publiques.

La chaîne d'impacts du changement climatique en Auvergne-Rhône-Alpes, réalisée par AURA-EE, peut être utilisée en animation d’une prospective à l'horizon 2030-2050.
Le tableau de questionnement des politiques publiques proposé par AURA-EE dans sa formation-action "Climat, mon territoire est-il concerné ?" aide à faire un recensement des acteurs à impliquer, aini que des politiques publiques impactées.

 

Comment impliquer les acteurs économiques du territoire dans une démarche d’adaptation ?

En externe, réunir des acteurs représentant les activités à fort enjeu du territoire peut être l’occasion de déceler des situations similaires à celles attendues, déjà vécues et ayant permis aux acteurs de faire face à ce changement. L’analyse de situations vécues et des actions adoptées en réponse permet d’envisager de premières mesures d’adaptation.

Pour avancer, il est recommandé :

  • D'interpeller les acteurs économiques par leurs canaux habituels : chambres des métiers, d’industrie, d’agriculture, ou encore par le biais d’associations de responsables d’entreprises,
  • De présenter la question du changement climatique non comme une charge supplémentaire, mais comme une alerte venant conforter les efforts en cours pour l’environnement, la sécurité et l’hygiène,
  • D'entrer sur le sujet par l'aspect économique et par l'exposé d'expériences d'autres entrepreneurs.
    Le guide "Climat, réussir le changement" rédigé par AURA-EE fournit des clés pour comprendre la question climatique et organiser les étapes d’une démarche participative, visant à inciter les acteurs du territoire à contribuer à l’action.

    Comment intégrer l’adaptation dans sa stratégie territoriale ?

    Quel est l'intérêt d’une réflexion collective sur l’adaptation ?

    L’intérêt d’une réflexion collective sur les politiques d’adaptation se situe dans la prise de conscience des changements induits, de leur intensité, et de l’urgence à respecter l’environnement.

    Cette attention particulière aux effets possibles du changement climatique  :

    • Aide à regarder son territoire sous un autre angle et à travailler en mode prospectif (horizon 2050 voire 2100) ;
    • Aide à s’organiser pour revisiter, suivre, observer et évaluer les politiques en place au regard de ces changements climatiques et autres (démographiques, économiques, énergétiques…) ;
    • Modifie les niveaux de priorité d’intervention selon la sensibilité du territoire et la capacité des acteurs à agir ; à réduire les vulnérabilités et à renforcer les opportunités climatiques.
    Quelle place pour le volet adaptation des PCAET dans une stratégie de territoire ?

    Cette réflexion sur la vulnérabilité du territoire vient renforcer la conscience du dérèglement climatique engagé et mobiliser autour d’un projet de développement durable. Le champ d'action du Plan climat air énergie territorial (PCAET), au-delà des actions d’atténuation des gaz à effet de serre, mobilise largement et ouvre des champs d’actions portés par les acteurs, en particulier :

    • La sécurité et la santé publique
    • Les aspects sociaux : les inégalités devant le risque
    • La limitation des coûts – comment tirer parti des avantages
    • La mise en évidence des effets positifs (attractivité du territoire etc...)
    • La préservation du patrimoine naturel et les solutions fondées sur la nature
    Le guide "Comment impliquer les acteurs locaux dans un projet de territoire énergie climat ?" a été réalisé par AURA-EE et l'AGEDEN pour permettre aux acteurs des territoires d’appréhender plus facilement et plus rapidement les sujets de l’énergie et du climat dans leur projet territorial.