Par où commencer ?

Comment réaliser un diagnostic mobilité ?

Avant la mise en œuvre d’actions, la première étape est la réalisation d’un diagnostic de son territoire.

Le principal objectif d’un diagnostic mobilité est de répondre aux deux questions suivantes :

  • L’offre de services mobilités de mon territoire répond-elle aux besoins de la population ?
  • Cette offre suit-elle les évolutions de ma commune en termes de démographie, d’aménagement urbain, d’emplois ?

Pour éviter de mettre en place des actions rapidement obsolètes, il est recommandé d’adopter une approche prospective (tendances démographiques, offres et fréquentation de transports...).

Le guide Plan de mobilité rurale : élaboration, mise en œuvre et évaluation, réalisé par le Cerema, a pour but d'aider les acteurs locaux des territoires ruraux ou faiblement urbanisés dans l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation de leurs plans de mobilité rurale

Des données disponibles sur certains territoires permettent de quantifier les besoins de mobilité́ :

 

À cela, s’ajoute la possibilité de mener des enquêtes et des entretiens avec les acteurs locaux, ainsi que des observations de terrain.

Quelles actions mettre en place au sein de sa collectivité ?

Que faire pour favoriser la pratique du télétravail par le développement de tiers-lieux ?

Lieux de rencontre, de travail et de création, les tiers-lieux apportent vitalité et dynamisme dans les territoires ruraux : un enjeu clé pour les zones rurales isolées, soumises à des difficultés d’accès aux transports et aux services du quotidien, et en butte à une offre sociale et culturelle parfois faible.

Pour soutenir leur développement, en particulier dans les territoires fragiles, le Gouvernement a lancé le programme « Nouveaux lieux, nouveaux liens », porté par le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales.

Quelles étapes avant la mise en place d’un tiers-lieu ?

1/ Analyse du territoire, de sa stratégie et de la demande potentielle

  • Réaliser une cartographie des flux pendulaires : la mobilité pendulaire désigne les navettes quotidiennes domicile-travail. Pour réaliser cette cartographie, il faut effectuer un diagnostic mobilité.
  • Rencontrer les acteurs du développement économique (CCI, CRESS…)

2/ Évaluation des offres existantes

  • Rencontrer des porteurs de projets déjà implantés dans des territoires ruraux : visites des espaces existants et appréciation du positionnement de chacun

3/ Identification des sites propices à l’implantation de tiers lieux, scenario de maillage

  • Organiser des réunions de travail avec les élus
  • Organiser des visites terrain/ Parmi les critères d’appréciation : facilité d’accès, proximité́ des lieux de vie (résidence, commerces, écoles...), superficie de l’espace permettant de garantir l’équilibre financier…
Un exemple : Atelier de co-construction de projets de tiers lieux sur le Pays lauragais
Comment favoriser le covoiturage ?

1/ Porter et faire vivre une plateforme de mise en relation

En région, la création d’une communauté peut s’effectuer sur des plateformes publiques de mise en relation, comme par exemple :

  • Mov’ici Auvergne-Rhône-Alpes : plateforme de covoiturage portée par une autorité organisatrice de transport et des partenaires locaux. Mov’ici est mis gratuitement à la disposition de tous les territoires
  • Covoiturage Grand Lyon : plateforme de covoiturage publique portée par la Métropole de Lyon

Cela peut également s’effectuer via des acteurs privés : Karos, Klaxit, Ecov, Mobicoop

Enfin, un service développé par la startup d’État covoiturage.beta.gouv.fr permet de développer le covoiturage sur tous les territoires. Ce dispositif est constitué :

  • D’une plateforme technique, le registre de preuve de covoiturage. Il permet à l’ensemble des opérateurs volontaires de faire converger et d’attester les trajets effectués par leurs utilisateurs
  • D’un label d’entreprises compatibles. Il permet aux autorités organisatrices de visualiser les différentes classes de preuve de covoiturage définies en fonction des mécanismes et processus de vérification du trajet de l’opérateur de covoiturage
  • D’une équipe dédiée à l’accompagnement pas à pas des autorités organisatrices (et bientôt des employeurs) pour leur offrir une boîte à outils facilitant au maximum l’ingénierie financière, opérationnelle et juridique à mettre en place dont voici les coordonnées : contactcovoiturage.beta.gouvfr

2/ Créer des aires de covoiturage

Tant pour des considérations financières qu’environnementales, il est recommandé de s’appuyer sur la valorisation de parkings existants (publics et privés). Pour ce faire, il est possible d’installer des panneaux de covoiturage avec éventuellement le logo et le lien vers la plateforme régionale de mise en relation. Penser à informer les AOM et AOT de la création d’une aire de covoiturage pour les faire référencer sur les sites internet.

3/ Mettre en œuvre des actions de promotion et de communication

L’animation est la clé du développement du covoiturage sur les territoires. Il convient de cibler en priorité les employeurs et salariés. Un plan de communication et des supports adaptés aux différentes cibles peut être réalisé. Idées d’animations : organisation de stands, distribution de dépliants sur des points de congestion, organisation de challenge entreprise…

Le guide Développement du covoiturage régulier de courte et moyenne distance de l'ADEME constitue une base de référence pour les collectivités territoriales et les entreprises souhaitant développer la pratique du covoiturage sur leur territoire ou entre salariés.
Le Réseau Action Climat a édité avec la Fondation Nicolas Hulot, une publication sur les solutions de mobilité soutenable en milieu rural et périurbain.
Comment mettre en place l’autopartage ?

Plusieurs options :

1/ Mutualiser les flottes de véhicules de la collectivité afin d’enclencher une dynamique positive et initier des changements de comportements. À ce titre, des partenariats avec d’autres structures publiques ou privées présentes sur le périmètre de la collectivité peuvent également être mis en place.

2/ Accompagner et soutenir les initiatives d’autopartage des entreprises et des particuliers. Cela passe par un appui juridique (élaboration contrats d’assurances par exemple), technique et financier des initiatives privées.

3/ Mener des actions d’information, de communication et de sensibilisation pour mieux faire connaître le concept, ses avantages (notamment financiers) ainsi que l’offre existante sur le territoire.

4/ Articuler pleinement l’autopartage avec les autres modes de transport

Le guide de l’autopartage réalisé par la Communauté d’agglomération de l’Ouest Rhodanien réunit les informations nécessaires pour faire de l’autopartage entre particuliers.
L'Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) propose, dans son guide Solutions alternatives à la voiture individuelle dans le péri urbain, un tour d’horizon des solutions de mobilité alternative fondé sur l’analyse des expériences « exemplaires » puisées en France et en Europe.
Comment favoriser l’usage du vélo ?

1/ Promouvoir

Développer une « culture vélo » au sein de la collectivité par la création de la « maison du vélo » (ou des mobilités durables), la mise en place de services vélo (accompagnement, vélobus école, apprentissage…), ou l’achat de vélos de service et par des missions d’animation vélo.

2/ Sensibiliser la population en communiquant sur les enjeux

La communication sur la question du vélo était cantonnée, jusqu’à présent, à la sécurité. Dorénavant les communications sur le vélo sont également axées sur le plaisir avec de nombreux bénéfices directs et indirects :

  • La convivialité
  • Le sport et la santé
  • Le côté pratique des modes actifs (souplesse d’usage, liberté, fiabilité, fluidité du trafic),
  • Les faibles coûts
  • Les émissions de GES évitées

L’organisation d’évènements festifs, ponctuels et symboliques peut également être un levier efficace pour la promotion de l’usage du vélo :

3/ Planifier et engager des actions à court terme

Comme des aménagements simples en centre-bourgs, par exemple : doubles-sens cyclables, zones de circulation apaisée, arceaux de stationnement devant des lieux  générateurs de flux … avant d'envisager des aménagements plus ambitieux (relier les bourgs par un réseau cyclable, créer des franchissements...).

4/ Intégrer le vélo à l'offre de mobilité globale 

Un trajet "porte à porte" correspond souvent à l’utilisation de plusieurs moyens de transports différents, l’objectif est de fournir une gamme de services complémentaires pour transporter les personnes jusqu’à leur destination définitive. Dans le cas du vélo il s’agit, par exemple, d’intégrer l’offre de vélo en libre-service avec les transports en commun ou d’installer des consignes à vélo proche des gares.

Pour développer les modes actifs sur les territoires :

 
Comment développer les lignes de transport à la demande (TAD) ?

Le Transport à la demande (TAD) est un mode de transport public de proximité, à mi-chemin entre l’autobus et le taxi.

Les principaux points à prendre en compte dans son élaboration :

1/ Réaliser une étude préalable

Les clientèles cibles, les pratiques de déplacement, les offres de transport existant sur et autour du territoire, le plan de financement…

2/ Cibler différentes catégories de publics

Les personnes âgées constituent encore aujourd’hui plus de 80 % de la clientèle des TAD dans les zones peu denses. Toutefois, grâce à une offre adaptée, certaines collectivités réussissent à toucher un public beaucoup plus diversifié.

3/ Optimiser les moyens en assurant un bon remplissage des véhicules

Le succès socio-économique d’un TAD réside dans sa capacité à optimiser le remplissage des véhicules.

4/ Assurer la complémentarité avec les autres offres de transport

Le TAD doit être conçu en complémentarité des lignes régulières existantes.

5/ Prévoir la pérennité financière du service

Les recettes liées à la vente des titres de transport ne couvrent en général que 10 à 30 % du coût du service. Il convient donc d’une part de concevoir un TAD d’un coût raisonnable et d’autre part de trouver des ressources pérennes.

6/ Évaluer les résultats du TAD et faire évoluer l’offre si nécessaire.

Le guide "Quels transports à la demande sur les territoires peu denses ?", réalisé par Bruno Cordier, directeur du cabinet ADETEC, sont basées sur 15 années d’expérience sur des territoires très divers et a pour cible les acteurs publics envisageant de mettre en place ce type de transport.

Quelles solutions apporter à des publics et des territoires sans réponses en matière de mobilité ?

Quels sont les bénéfices des programmes PEnD-Aura et PEnD-Aura+ ?

Le dérèglement climatique, essentiellement dû à la consommation de carburant fossile en matière de transport routier (l’automobile sur les distances du quotidien), s’accompagne désormais chaque année d’indicateurs de plus en plus évidents : records de température, sècheresse et son corolaire d’extinction inédite d’espèces végétales et d’arbres en particulier en France, réduction des rendements en agriculture, nouvelles menaces en matière de maladies ou d’insectes, etc.

Dans ce contexte historique, la crise de la COVID-19 est venue exacerber la problématique. Elle a sans doute contribué également à faire prendre conscience de la fragilité des sociétés humaines face à des menaces globales et a, de façon très pratique, mis en évidence la problématique d’un accès pour tous et partout à une offre adaptée en matière de déplacements.

Les programmes PEnD-Aura puis aujourd’hui PEnD-Aura+ soutiennent depuis 2016 le développement de nouvelles solutions de mobilité afin de garantir une offre égale de mobilité à tous et pour tous les territoires.

En effet, en dehors des principales agglomérations, les zones rurales, périphériques, plus lointaines encore comme les montagnes ou les moins denses, ne disposent pas, la plupart du temps, de solutions de transports en commun. Quelles que soient les régions, les populations les plus âgées dans leurs parcours de soins par exemple, les plus jeunes souvent démunis de véhicules privatifs, les personnes en insertion ou en recherche d’emploi, les personnes à mobilité réduite (temporairement à la suite d’un accident de la vie ou de façon permanente) peuvent, à un moment ou à un autre de leur vie, se trouver brutalement confrontées à un problème de mobilité. On estime ainsi à plus de 7 millions les personnes en France ayant dû renoncer à un emploi faute de moyens de locomotion adapté.

L’objectif d’AURA-EE est d’accompagner, par exemple au travers du programme CEE « PEnD-Aura+ », les territoires volontaires désireux d’apporter des solutions en matière de mobilité à leurs populations, sans laisser personne démuni.

Les solutions proposées sont :

  • Inédites dans leur recherche de financement, comme dans le cas de PEnD-Aura+ avec la mobilisation des moyens apportés par les CEE et de manière générale par la recherche de l’implication de tous les bénéficiaires (État, Région, Département, EPCI, etc, …) et la mise en synergie de leurs politiques territoriales.
  • Innovantes dans leurs solutions par la recherche et la mise en place d’expérimentations collectives, citoyennes, solidaires, économes en énergie … et multimodales (augmentation de l’offre vélo, covoiturage/autopartage et TAD).
  • Solidaires et économes en énergie : à l’interface des politiques de déplacement mais aussi d’aide au retour à l’emploi, de formation ou d’insertion, les solutions apportées mobilisent fortement les prescripteurs sociaux et proposent des offres systématiquement retenues pour leur sobriété énergétique.
  • Ancrées sur la mobilisation des habitants :  le basculement vers des offres alternatives à l’autosolime bouscule la culture et les habitudes de la plupart d’entre nous. Les solutions techniques apportées doivent donc nécessairement être non seulement très concurrentielles (pratiques, faciles, économiques, modernes, rapides, confortables) mais aussi s’accompagner d’une information adaptée à tous et déclinée de façon répétée pour convaincre et faire adhérer progressivement la population. Cet effort de communication se doit de recevoir la plus grande attention, à la hauteur des objectifs de basculement vers des modes alternatifs, et mobilise des moyens originaux, des supports et des messages différents.
En savoir plus sur le programme PEnD-Aura+