Contexte et objectifs nationaux

Production de bois

Le Plan national de la forêt et du bois (PNFB) fixe les objectifs de l’État pour la filière forêt-bois française. Ils se traduisent par une mobilisation supplémentaire de 12 M de m3 de bois en 2026, soit un taux de prélèvement de 65 % de l’accroissement biologique. Ce volume suppémentaire se compose de 8,8 M de m3 de bois d’œuvre et bois industrie et 3,1 M de m3 de menus bois. Les estimations fixent dans une fourchette de 1,9 à 2,7 Mtep l’offre additionnelle de bois susceptible de servir à la production d’énergie.

Objectifs énergétiques

Les objectifs relatifs aux énergies renouvelables sont fixés par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) du 17 août 2015. Elle prévoit de porter la part des énergies renouvelables à 32% de la consommation d’énergie en 2030.

Pour parvenir à cet objectif, les énergies renouvelables doivent représenter 40% de la production d’électricité, 38% de la consommation finale de chaleur, 15% de la consommation finale de carburant et 10% de la consommation de gaz.

Pour ce faire, le gouvernement s’est doté d’un outil de programmation appelé programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui fixe des objectifs quantitatifs, pour chaque filière renouvelable, sur une période de 10 ans, et décrit les mesures qui permettront à la France de décarboner l’énergie afin d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Le scénario énergétique de la PPE est le même que celui de la stratégie nationale bas carbone (SNBC) pour la période qu’elle couvre.

En 2017, l’énergie produite à l’échelle de la France par des chaufferies bois était de 120 TWh. La PPE fixe une production énergétique des chaufferies bois à 145 TWh en 2023. Pour 2028, l'objectif est que l’énergie issue des chaufferies bois soit comprise entre 157 et 169 TWh.

Plus d'info :

 

L'enjeu régional

La valorisation énergétique du bois représente, en Auvergne-Rhône-Alpes, la 2e source d’énergie renouvelable après l’hydroélectricité, avec une production de 12,4 TWh en 2017, l’équivalent de 5,7 % de la consommation d’énergie du territoire. Son impact en termes d’emploi est évalué à 3 000 équivalents temps plein en région, sur l’ensemble de la chaîne de valeur.

 

     

    On estime à 4,7 millions de m3 le volume de bois mobilisé pour fournir les 12,4 TWh produits annuellement en Auvergne-Rhône-Alpes, soit 20 % de l’accroissement naturel de la forêt au niveau régional.

    Cette part de prélèvement moyen cache de fortes disparités :

    • Certains territoires ont des besoins en bois énergie qui nécessitent de mobiliser une part importante de la ressource locale.
    • D’autres n’arrivent pas à mobiliser de bois énergie en forêt, du fait des coûts importants de l’exploitation forestière et des enjeux sur la protection des risques naturels, environnementaux et paysagers.

    Les schémas régionaux qui fixent les objectifs de la filière bois énergie sont :

      Les dispositifs financiers pour le développement de la filière bois énergie en Auvergne-Rhône-Alpes

      Les appels à projets régionaux

      L’ADEME dispose d’un appel à projets régional AURABOIS, qui vient financer les chaufferies collectives, et d’un appel à projets AURARESEAU, pour financer les réseaux de chaleur, en création ou en extension. Alimentés par le Fonds Chaleur, les dispositifs AURABOIS et AURARESEAU sont incompatibles avec les certificats d’économie d’énergie. L’ADEME soutient aussi la réalisation des études de faisabilité.

      La Région a également un dispositif de soutien aux chaufferies bois. Cet appel à projets au fil de l’eau permet de subventionner les chaufferies bois de moins de 100 Tep (tonne équivalent pétrole) de production annuelle (1 163 MWh) en sortie chaudière. L’aide peut couvrir jusqu’à 40 % des dépenses éligibles.

      Le Fonds Chaleur et ses contrats d’objectifs territoriaux

      Le Fonds Chaleur est géré par l’ADEME pour soutenir les projets de production de chaleur renouvelable :

      • Au travers d’appels à projets régionaux ou nationaux, par filière ENR
      • Au travers de contrats d’objectifs territoriaux ou patrimoniaux

      Les contrats d’objectifs territoriaux, d’une durée initiale de 3 ans, fixent pour les territoires un objectif ambitieux de développement de projets ENR de petite taille, qui ne rentrent pas dans les critères des appels à projets régionaux ou nationaux.

      Sur la période 2009-2017, le Fonds Chaleur a accompagné et financé 4 273 projets dont 1 093 projets de bois-biomasse, ce qui correspond 1,75 milliard d’euros d’aides accordées par l’ADEME et la production de 25,1 TWh par an d’énergie renouvelable.

      En savoir plus :

      Dynamic Bois

      L’objectif du programme Dynamic Bois est de déployer les aides du Fonds Chaleur sur la partie amont de la filière, afin d’aider les professionnels à s’impliquer dans le développement de la filière bois-énergie.

      Le Fonds Air

      Un Fonds Air a été mis en place par l'ADEME, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et des collectivités territoriales pour financer la substitution de matériels anciens moins performants chez les particuliers.

      L'aide du Fonds Air est proposée par certaines collectivités, en collaboration avec l'ADEME, pour limiter la pollution sur les territoires exposés à des dépassements des valeurs limites de particules fines et dans lesquels une part significative de cette pollution est issue du chauffage au bois.