Quand la voiture devient l’alliée de la mobilité durable

05.10.2020

Depuis plusieurs années, AURA-EE favorise l’émergence de solutions de mobilité durable pour tous et tous les territoires. Figure de proue de cette ambition, le programme PEnD-Aura+ fédère 18 partenaires régionaux aux côtés d’AURA-EE : collectivités territoriales, et acteurs des déplacements et de l’insertion. Parmi les collectivités accompagnées figurent le parc naturel régional de Chartreuse (PNR Chartreuse) et la communauté de communes de la Plaine de l’Ain (CCPA). Ces deux territoires ont opté pour la mutualisation de la voiture individuelle comme outil de mobilité durable et inclusive. Zoom sur leurs actions.

Le PNR Chartreuse massifie la voiture « en mode collectif »

Dans ce territoire montagneux et rural de 149 000 habitants, bien moins desservi qu’une zone urbaine, la présence de solutions de mobilité flexibles et adaptées s’avère cruciale. Les transports représentent plus de 17 % du budget d’un ménage et 30 % des actifs font plus de 40 km/jour aller-retour. Largement dépendants de la voiture, les habitants effectuent 75 % de leurs déplacements à bord de ce mode de transport.

Passer à la vitesse supérieure en massifiant la mutualisation de la voiture

Pour en limiter l’usage, de nombreux services à la mobilité ont vu le jour ces dernières années sur ce territoire, tels que le covoiturage, l’auto-stop et l’autopartage. Aujourd’hui, le PNR Chartreuse, en coordination avec ses partenaires, souhaite franchir l’étape supérieure. Il ne s’agit plus seulement d’expérimenter mais bien de massifier l’usage de ces services afin de réduire les consommations d’énergie. L’objectif est de faire du partage de la voiture individuelle une solution de mobilité à part entière pour tous et reconnue par le plus grand nombre.

 


Des ambassadeurs de la mobilité pour faire bouger les habitudes

Ainsi, le 17 septembre 2020, le réseau des ambassadeurs de la mobilité du parc, baptisé « Chartreuse en mouvement », a vu le jour. Il rassemble déjà une vingtaine de participants (élus, citoyens et représentants de sociétés organisatrices de transports). Ce réseau constitue un espace de partage d’expériences, de soutien et d’échange entre élus, collectifs de citoyens et acteurs techniques. Le projet, qui s’adresse à tous les publics et notamment aux personnes en situation de précarité, vise à mieux faire connaître ces solutions de mobilité et à les adopter. Il est ainsi prévu d’impliquer habitants et élus dans le développement d’outils et l’accompagnement au changement de comportement.

 « En matière de mobilité, cela prend du temps de faire évoluer les comportements. Nous devons proposer une offre globale de transport autour de l’autopartage, du covoiturage, de l’autostop pour répondre aux contraintes de notre territoire. Nous avons la chance de pouvoir compter sur de nombreux acteurs mobilisés et utilisateurs réguliers. Pour preuve, nous sommes plusieurs au sein du Parc à utiliser l’autostop et malgré la crise sanitaire, le service fonctionne très bien. Les bonnes habitudes sont déjà prises ! », déclare Coline Girard, chargée de mission Mobilité partagée au PNR de Chartreuse.

D’ici décembre 2021, l’objectif est que 5% de la population ait divisé par deux le nombre de kilomètres parcourus en voiture individuelle en utilisant un moyen de déplacement mutualisé.

La communauté de communes de la Plaine de l’Ain déploie un covoiturage spontané et innovant

Co-voiturer à la carte

Sur ce vaste territoire rural constitué de 53 communes, 16% de la population et 30% des jeunes de moins de 30 ans se trouvent en situation de précarité énergétique liée aux transports. Pour y pallier, la CCPA a lancé Covoit’ici, dispositif de covoiturage spontané, simple et innovant. Cette solution de micro-transport organisé permet de covoiturer sans réservation et pour un coût abordable. Les lignes et les arrêts sont installés dans les gares d’Ambérieu et de Meximieux et desservent le parc industriel de la plaine de l’Ain. L’objectif est ainsi de favoriser l’accès à l’emploi dans cette zone d’activités pour les habitants du territoire.

Simplicité et innovation caractérisent ce micro-transport organisé

Pour les passagers, le dispositif est simple : ceux-ci se rendent à l’arrêt d’où ils peuvent visualiser les prochains passages de conducteurs en temps réel et estimer leur temps d’attente. Ces informations sont accessibles sur place, via des panneaux, ou à distance, via une application mobile. À ce jour, 300 utilisateurs se sont inscrits. L’expérimentation se poursuivra jusqu’en décembre 2021 sur le territoire. Elle vise, à terme, à toucher les 10 000 personnes qui travaillent sur le parc industriel et la centrale nucléaire du Bugey.

L’installation de ce dispositif de covoiturage s’avère innovante à plus d’un titre. D’une part, il s’agit des premières lignes de covoiturage créées sur ce territoire et dans le département de l’Ain. D’autre part, le système s’appuie sur le numérique (smartphones, appli mobile, géolocalisation…). Enfin l’objectif est d’impulser une réelle évolution comportementale et sociétale. Pour ce faire, les conducteurs covoitureurs sont fortement impliqués dans la démarche et accompagnés par une assistance usagers.

« Plaine Mobilité » booste les nouvelles mobilités

À l’occasion de la semaine européenne de la mobilité, le 17 septembre 2020, la CCPA, le Syndicat mixte du parc industriel de la plaine de l’Ain, la communauté de communes des Balcons du Dauphiné et la centrale nucléaire du Bugey ont inauguré le dispositif « Plaine Mobilité » (lignes de covoiturage, hubs de mobilité, vélos en libre-service). Ce bouquet de solutions a pour but de pallier l’absence de transports en commun, tout en limitant le nombre de voitures individuelles en circulation pour faciliter l’accès à l’emploi.