Couvrant 1/5e du département du Cantal, la communauté de communes de la Châtaigneraie cantalienne – 50 communes, 12 500 habitants – est située au sud-ouest de la région et se trouve limitrophe de la Corrèze, du Lot et de l’Aveyron. Elle doit son nom à la production de châtaigne, caractéristique de la région ; une Maison de la châtaigne accueille les visiteurs à Mourjou. L’offre touristique s’articule autour de 36 monuments historiques et de villages typiques, souvent médiévaux, dont Maurs surnommé Maurs-la-Jolie. Non desservie par l’autoroute et faiblement desservie par le train, cette région est confrontée, hormis autour de Maurs et à l’approche d’Aurillac, aux problématiques de désertification rurale.

La Châtaigneraie cantalienne élabore un plan climat air énergie en association avec la communauté d’agglomération du bassin d’Aurillac et la communauté de communes de Cère et Goul en Carladès. La communauté de communes a mis en place un système de transport à la demande adapté aux dimensions et à la faible densité de son territoire : un service de taxi avec des destinations imposées quatre jours de la semaine, libre destination les trois autres jours, pour un prix compris entre 6 € l’aller et 12 € l’aller-retour. Des aides peuvent être sollicitées par les habitants du secteur de Maurs pour rénover leur logement, dans le cadre d’une opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah) engagée jusqu’en 2020. En matière de production d’énergies renouvelables, il existe un parc éolien de 4 mâts à Saint-Saury et deux autres sont en projet.